Actu

La polémique Dolce & Gabbana affole les réseaux sociaux chinois

Commentaires de Marie Muzard pour Stratégies


La pub U qui fait hurler les bébés et la toile

Décryptage par MMC d’une pub censée faire le buzz et qui a généré un very bad buzz, sur le web social


La toile passe un savon à Dove

Les Echos ont interviewé Marie Muzard à propos du bad buzz international Dove.


Lactalis, certains distributeurs risquent d’y laisser des plumes

Alors que l’enseigne e.Leclerc a reconnu dès mardi avoir vendu des produits contaminés Lactalis malgré leur rappel, Auchan, Système U ou Carrefour ont eux aussi admis cette défaillance. Marie Muzard, directrice de Marie Muzard Conseil, analyse la communication de crise des enseignes.


Le brand washing pourrait il salir l’image de Bayer ?

Stratégies (1) a publié certains commentaires de l’interview de Marie Muzard qui figure ci-dessous dans sa totalité


Le livre "Very Bad Buzz" vient de paraître

Aujourd’hui les bad buzz se développent au rythme d’une pandémie et représentent le risque numéro 1 pour près de la moitié des dirigeants . Very Bad Buzz : méthode pour préserver sa réputation sur internet, devrait rassurer grandes et petites entreprises, élus, personnalités, commerçants … et tous ceux d’entre nous dont l’activité nécessite une image sans tache. Environ deux tiers des bad buzz des 3 dernières années sont liés à des initiatives de communication ou des pratiques qui ont transgressé un des sujets « tabous » du web (par exemple le tabou sexiste, la discrimination raciale…).


Les 5 bad buzz de 2016 et comment les éviter

Les Echos publient les chiffres clefs de notre baromètre annuel sur les bad buzz 2016. Un papier intéressant qui décrypte les bad buzz de l’année, en voici quelques extraits cf (fichier ci-dessous).

Les 5 pires bad buzz de l’année selon MMC

Extrait de l’interview de la Lettre de l’Audiovisuel


Les fake news surfent sur nos instincts primates

Google racheté par Apple, Air France qui profite des cyclones pour augmenter ses tarifs… les entreprises ne sont plus épargnées par les fake news. Paradoxalement, alors qu’elles représentent la face sombre de l’ère digitale, ces rumeurs version 2.0 trouvent leur fondement dans une époque éloignée puisqu’elles font partie de notre héritage primate.

Les neurosciences pour expliquer la viralité des fake news

Comment expliquer notre préférence pour les fausses nouvelles ? Cf la tribune de Marie Muzard pour le Cercle Les Echos


0 | 10 | 20 | 30 | 40

MMC muzard@mmc-comm.com | 10 rue du Colisée 75008 Paris France |